Travailler ou être mère au foyer ?

mère et enfant ellecroit.com

Travailler ou être mère au foyer ? Quel choix de vie ? Il y a t’il un meilleur choix dans l’absolu ? Est-ce un choix guidé par notre héritage familiale, les finances, la pression sociale ? Une question d’appel ?

Il y a quelques années, j’ai lu un livre qui expliquait qu’une femme ne devait pas travailler, surtout si elle avait des enfants. C’est à dire qu’un emploi rémunéré était destiné aux hommes afin que le travail de la femme ne vienne pas concurrencer son appel à pourvoir aux besoins de sa famille. Une femme pouvait être bénévole dans une association, travailler pour l’église, participer à des clubs, écrire un livre pourquoi pas.  Et surtout s’occuper de sa maison, de ses enfants et de son mari.

 Oui dans Tite, Paul exhorte les femmes âgées à apprendre aux plus jeunes comment bien s’occuper de leur maison, de leur mari etc. Mais dans Proverbes 31, je vois  décris une femme qui s’occupe oui de sa maison, de son mari et de ses enfants (même des domestiques !) mais aussi “Elle pense à un champ, et elle l ‘acquiert; Du fruit de son travail elle plante une vigne”  et “Elle fait des chemises, et les vend, Et elle livre des ceintures au marchand”  v16 et 24

Je ne voudrais pas faire un débat sur le fait que Dieu ne voudrait pas que la femme ait une activité ou pas. Le sujet est plutôt si vous avez des enfants vaut il mieux travailler ou rester à la maison ?

Mauvaise conception

1- Être une mère au foyer c’est glander toute la journée devant les feux de l’amour. Grosse excuse des femmes qui ne voulaient rien faire de leur vie et qui donc se sont inventer le job parfait : faire des enfants et les pouponner; Toujours devant les feux de l’amour bien sûr. elles n’ont pas lu Proverbes 31: on s’occupe de son mari, de ses enfants, de sa maison et on TRAVAILLE aussi. Et oh, on est plus au temps de nos grands-mère ! Que dis-je au temps de nos arrières grands mères, même nos grands mères travaillaient !

2- Travailler c’est être égoïste, ne penser qu’à soi et pas au bonheur des enfants. La révolution féministe est passée par là, les femmes pensent plus à leur carrière qu’au bien être de leur foyer. Marie, la mère de Jésus, doit se retourner dans sa tombe. Rien ne va plus. La crise de la société vient de là, les femmes travaillent et laissent leurs enfants à des ÉTRANGERS qui ne connaissent pas Dieu.

Ce sont des caricatures mais pas tant que cela. J’ai déjà entendu les 2 versions

Notre héritage familiale et la pression sociale

Quand je lis des témoignages de filles qui veulent être mère au foyer parce que leur mère l’a été et qu’elles veulent que leurs enfants aient la même chance je comprends tout à fait ! On veut le meilleur pour nos enfants !

Et en fait j’ai vécu la même chose mais à l’envers. Mes deux parents ont toujours travaillé et je n’ai pas eu l’impression de  manquer de quelque chose , j’ai vécu ma vie d’enfant sans être traumatisée par le fait que se soit une nounou qui viennent nous chercher et ados, que le bus scolaire nous dépose devant chez nous. Nous faisions nos devoirs et prenions notre goûter seuls, 2 fois dans la semaine. A présent nous sommes tous les 3, adultes, psychologiquement normaux, nous n’avons pas abandonné la foi ou mal tourné. Donc naturellement je n’ai jamais vu le travail comme un obstacle à l’éducation des enfants et à leur épanouissement.

Comme quoi notre histoire familiale peut être déterminante !

Pour commencer avant de faire un choix, nous pourrions nous demander quelle part notre vécu a dans notre décision ou nos préférences. 

Votre mère n’a pas travaillé pendant que vous étiez en bas âge et a repris le boulot ensuite ? Elle n’a jamais travaillé du tout ? Ou au contraire elle a tout le temps travaillé ?

Comment avez vous vécu le choix de vos parents ? Bien, c’est pour cela que vous voulez faire la même chose ? Mal, vous n’avez jamais eu le sentiment que votre mère s’épanouissait en restant à la maison ?

Faîtes attention pour que le vécu de vos parents n’influencent pas votre décision au delà même finalement de ce que vous préférez en tant que personne.

Vous pouvez  décider de rester à la maison parce que votre mère l’a fait, vous lui en êtes reconnaissante et vous vous sentez obligées de faire la même chose pour vos enfants. Sauf que comme ce n’est pas dans votre caractère vous le vivez mal, vous pouvez aussi mal le faire vivre à vos enfants et leur reprocher implicitement de ne pas avoir eu de « vie » de « carrière » pour eux, pour leur bonheur.

Ou a contrario vous avez grandi dans un environnement où l’on vous a fait comprendre qu’il était important de travailler, de faire de bonnes études. Mais il peut y avoir une pression sociale et familiale qui implicitement attend de vous que vous meniez de front votre carrière et l’éducation de vos enfants. Vous avez le droit de faire un choix différent. Dans une série, une jeune femme, avocate, douée, promise à un brillant avenir et fraichement embauchée dans un très bon cabinet d’avocat apprend qu’elle est enceinte. Elle démissionne et quand on lui demande pourquoi elle répond qu’elle veut juste être mère et se consacrer à cela. Sa supérieur la rassure qu’elle est vraiment douée, que si elle lui a laissé entendre le contraire, qu’elle a été trop dure avec elle qu’elle s’en excusait. Mais cette jeune femme lui ré-affirma que la seule raison de son départ c’était sa grossesse.Tout cela pour dire qu’on a le droit d’avoir une brillante carrière et de préférez être une femme au foyer, malgré la pression sociale.

maison home ellecroit.com

 Choix financier

– Peut être que le choix est plus un choix financier ? Vous voudriez, plus que tout, vous occupez à plein temps de vos enfants mais vivre sur un seul salaire est impossible ou vous avez un crédit immobilier, des obligations etc.

Priez pour cela, je crois que des solutions peuvent être trouvées, que surtout Dieu peut intervenir. Si vous sentez que vraiment votre place est chez vous peut être que des compromis peuvent être fait, des vacances moins onéreuses, moins d’activités péri scolaires pour les enfants, priez que Dieu vous inspire dans la gestion de vos finances.

– Cela peut être aussi un choix financier dans l’autre sens : payer une nounou, la crèche ne vaut pas le coup comparé à la faible différence entre son coût et notre paie. Alors choix stratégique, on reste à la maison. Priez que Dieu vous permette de bien vivre cette situation et de la mettre à profit. Peut être qu’une activité professionnelle réalisable de chez vous peut être envisagée, peut être que Dieu met ces temps à part pour une raison bien précise.

Il n’y a pas de hasard avec Dieu et même si une situation n’est pas choisie, Dieu sait ce qu’il fait dans nos vies. Qu’est ce que Dieu nous apprend dans ces moments là ? 

 

Entre les deux mon coeur balance

Quand on est tiraillé entre les deux ? J’ai toujours vu le temps partiel comme un ami des mamans ! Ne pas travailler le mercredi ou les après midi. L’aménagement d’horaire et compagnie.

Un choix en fonction de l’âge des enfants peut être fait : les premières années à la maison tout en préparant son retour dans la vie active quand ils seront un peu plus grands.

 

 Conception de la vie et aspiration profonde

Au delà, des finances, de la pression sociale, familiale, quelle est votre aspiration profonde ? Dans l’idéal nos choix seraient mieux vécus s’ils ne dépendaient que de nos aspirations mais ce n’est pas toujours évident.

Je pense que se sont des discussions importantes à avoir avec son futur mari bien avant le mariage. Avez vous les mêmes désirs à ce niveau là ? La même conception de la famille ? du travail ? Si non, c’est le bon moment pour en parler et réfléchir sur comment vous allez fonder ensemble votre foyer, comment vous mettre au diapason à ce niveau et préparer l’arrivée des enfants sereinement.

Bien entendu, nous ne pouvons pas faire de notre travail notre but ultime. Nous sommes chrétiennes, notre but c’est Jésus, le connaître plus et plus le faire connaître. Votre raison de vivre ce n’est pas de grimper sur l’échelle sociale. Ni même vos enfants. Ce que je veux dire c’est que même en restant à la maison, nous devons garder en tête que ce que nous faisons, nous le faisons pour le Seigneur et non pour des hommes (Col 3v23). Nous élevons nos enfants et leur montrons la bonne voie pour qu’ils  suivent à leur tour Dieu et soient de bons serviteurs de Jésus.

proverbes22v6 ellecroit.com

 Faut-il un don ?

Passer du temps avec ses enfants, les voir grandir sans rien rater. Souvent on entend cette expression “pour ne rien rater” mais cela laisse entendre que certaines femmes n’en ont rien à faire de voir leurs enfants grandir ?

Alors que certains peuvent penser au contraire qu’une carrière c’est important et culpabiliser les autres : “qu’as tu réalisé dans ta vie ? tu as fais des études pourquoi ? Quand tes enfants seront grands tu auras l’impression de n’avoir rien fait.”

Je trouve que l’on retombe dans l’opposition “sacré / séculier” : pour servir Dieu il faut être missionnaire à plein temps. Si on aime ses enfants on reste à la maison. Ou bien réussir dans la vie c’est être épanouie au boulot. C’est tout blanc ou tout noir.

Il faut se rendre compte que tout le monde n’a pas le même plaisir à travailler comme d’autres n’ont pas le même plaisir à ne “s’occuper” que de la maison. 

Finalement n’est ce pas personnel ? Suivant ses aspirations. Certaines diront que c’est leur appel, rester à la maison et consacrer leur temps à élever leurs enfants. Et franchement quand on les entend parler, on sent bien que c’est une vocation. Elles sont intimement convaincues que c’est leur place.

Certaines ont le goût d’aider les autres et se voient médecin, d’autres de transmettre un savoir et se voient professeurs. Certaines se voient élever leur enfants et c’est leur passion comme d’autres ont fait de d’autres passions leurs métiers.

Le meilleur conseil ? Priez ! Vous avez mis vos aspirations à nues, discuté avec votre mari, réfléchi sur votre histoire familiale, sur ce que vos finances permettent, c’est bien. Mais surtout priez que Dieu vous donne la sagesse de prendre les meilleurs décisions avec votre mari pour votre famille. Dieu a préparé des oeuvres d’avances pour que nous les pratiquions, lui sait dans quel cadre vous serez la mieux placée pour les pratiquer !

Tout ce que vous faites, faites- le de bon coeur, comme pour le Seigneur et non pour des hommes, sachant que vous recevrez du Seigneur l’ héritage pour récompense. Servez Christ. Colossiens 3 v 23-24

 

Et vous ? Quel choix avez vous pris ou allez vous prendre ?