Anne-Florence, responsable du ministère Coeur de femmes

coeur de femmes ellecroit.com

Les chrétiens persécutés sont une cause qui me tient à coeur depuis qu’un responsable régional de Portes Ouvertes est passé dans mon église lorsque j’étais ado. C’est avec joie donc que je vous partage cette interview d’Anne Florence, responsable de Coeur de femmes France. Les témoignages sont tellement édifiants que je n’ai pas réussi à éliminer certaines choses. J’espère que cela vous touchera comme cela m’a touché ! 

En quelques mots qu’est ce que Coeur de femmes ?

Coeur de femmes se veut être un pont entre chrétiennes d’ici et chrétiennes de là bas, un pont pour permettre de se rencontrer, même si ce n’est pas physiquement. Cela permet de se porter les unes les autres, de mieux se connaître, de se découvrir et de se rendre compte que l’on fait partie d’une grande famille, que l’on soit ici ou dans un pays persécuté.

Comment est né ce ministère Coeur de femmes ? Sous l’impulsions de qui ?

Yohan Companjien, l’un des piliers de Portes ouvertes, voyageait partout dans le monde pour rencontrer et soutenir des chrétiens persécutés et sa femme Anneke l’accompagnait parfois. Elle recueillait les témoignages des femmes à ces occasions.

Notament celui d’une femme au Vietnam : son mari s’est fait emprisonné  en tant que pasteur et elle s’est retrouvé très seule et en fut très éprouvée. Cette vietnamienne fit une dépression et l’année d’après en retournant au Vietnam Anneke apprit que cette femme s’était suicidée.

Cela l’a beaucoup touchée et elle s’est rendue compte que les femmes sont un peu oubliées car ce ne sont pas forcement elles qui sont en première ligne, qui dirigent les églises mais elles sont quand même des charnières du royaume dans le sens où elles portent les familles, elles éduquent les enfants. Lorsqu’un homme ou un pasteur est en prison ou assassiné, ça laisse derrière une famille qui doit survivre. Donc il y a eu toute cette prise de conscience d’Anneke pendant qu’elle écrivait ces 2 livres qui recueillaient ces témoignages, “…Mais leur joie demeure !” et “Un chant dans la nuit“. Ces 2 livres ont fondé l’idée d’un ministère spécifique pour les femmes à l’intérieur de Portes ouvertes, baptisé au départ Women to women au niveau international et qui se décline dans différents pays. En France c’est devenu Coeur de femmes.

coeur de femmes portes ouvertes ellecroit.com

Comment le réseau coeur de femmes fonctionne t’il en France ?

Il est basé sur un réseau de femmes bénévoles que l’on appelle « les ambassadrices ». Ce sont des femmes qui choisissent de devenir porte paroles de ces femmes qui sont souvent dans l’ombre et très isolées. Il y en a maintenant une vingtaine en France. Localement on peut les inviter à animer une réunion dans son salon autour d’un café ou dans une réunion plus importante dans son église avec le groupe de femmes de l’église. Cela peut prendre toute une variété de format mais l’idée est toujours la même pendant 1h30 on va se centrer sur un pays, une région du monde, et une vérité biblique.

L’idée c’est que d’entendre ces témoignages de femmes dans la persécutions nous fait comprendre un certain nombre de choses sur qui est Dieu, comment il agit, sur comment faire face à nos propres défis pour nous même. Donc on va découvrir ce pays, écouter des témoignages de femmes, étudier aussi la Bible et cela va nous amener à réfléchir, à être encouragé, édifié par leur vie et aussi de se sentir solidaire, de prier pour ces femmes.

Au niveau national moi je fais paraître une lettre de nouvelles avec des informations, des témoignages de femmes qui est envoyée sur toute la France à toute les personnes qui le souhaitent. Nous sommes aussi invitées dans plusieurs mouvements de femmes sur la France. Nous venons présenter la voix de l’église persécutée dans les mouvements, ministères féminins. Je fournis le contenu des réunions aux ambassadrices et je travaille aussi en collaboration avec ma responsable au niveau international de Women to Women qui gère la douzaine de ministères femmes de Portes Ouvertes qui existent dans le monde.

Coeur de femmes action ellecroit.com

Quelle est l’aide apportée aux femmes persécutées au delà de la prière, par des équipes sur le terrain ?

Il y a un projet emblématique que j’aime citer car il explique bien ce que l’on essaie de faire : c’est le projet Priscila au Vietnam. Il faut bien comprendre le contexte, dans beaucoup de ces cultures, que ce soit au Vietnam et aussi dans beaucoup de pays de culture musulmane, la société renvoie aux femmes une image complètement dévalorisée d’elles même. C’est à dire qu’en général la femme ce n’est pas grand chose, elle est considérée à peine plus qu’un enfant, elle ne prends aucune décision et depuis qu’elle est petite on lui dit qu’elle est là pour faire le ménage, faire à manger. Les femmes finissent par bien intégrer cette image d’elle même très négative. Ensuite s’ajoute souvent des brimades, des violences. 

Même quand les femmes sont chrétiennes et connaissent la Bible, elles ont beaucoup de mal à se l’approprier et à la vivre. Elles ont beaucoup de mal à s’investir dans l’éducation de leur enfants, dans leur vie de famille car elles ne voient pas le sens de tout ça, pour elles, il n’y a aucun avenir, aucun espoir.

Le programme Priscila : on commence par leur apprendre à lire et écrire un minimum, une capacité pratique, manuelle etc. On leur apprend aussi que la Bible leur enseigne que devant Dieu elles sont créées, choisies, aimées de Dieu, elles ont de la valeur, elles ont des capacités, elles valent quelques choses.

C’est vraiment incroyable ce qui se passe dans la vie de ces femmes quand tout d’un coup ce message là arrive dans leur esprit.

Vietnam coeur de femmes ellecroit.com

Dans le programme Priscila ça va jusqu’au relooking, on leur apprend qu’elles ont le droit de prendre soin de leur corps, de se rendre belles. Elles ont une prise en charge globale afin de leur redonner une estime d’elles même. C’est un module que les femmes vont suivre sur une petite année par exemple. Il y a aussi un accompagnement lorsqu’il y a des blessures profondes du passé pour essayer de les surmonter.

Leurs regards changent sur elles même, sur leur circonstance et elles deviennent des femmes plus épanouies, que leur mari trouvent beaucoup plus intéressantes ! Ils se disent que leur femme peut être un partenaire et qu’elle n’est pas juste là pour être la bonne. Cela rétablit des vies de couples, les femmes sont mieux investies dans l’éducation de leurs enfants, parce qu’elle se disent que ça vaut la peine, qu’elles veulent faire passer quelque chose, que leurs enfants découvrent aussi qu’ils sont importants. 

Cela change la société au Vietnam, c’est à dire que les hommes, même dans les milieux non chrétiens vont dire « Si tu veux une femme bien, prends une femme du programme Priscila, parce que tu vas avoir en face de toi, une femme mieux dans sa peau » évidement on est pas en France donc on n’est pas sur les mêmes images de ce que c’est la réalisation de soi, mais des femmes plus à même de s’occuper de leur famille. 

Cela fait 10 ans que cela existe, on a eu les chiffres et c’est incroyable les changements que cela fait notamment dans les églises : les familles chrétiennes fonctionnent mieux donc les églises fonctionnent mieux, et ensuite la société. Quand on change la place de la femme on change énormément de choses dans les familles, dans les sociétés.

Coeur de femmes projet ellecroit.com

En Egypte il y a des femmes qui ont subi des choses terribles, et on a des programmes d’accompagnements afin de les prendre par la main, de leur redonner confiance en elles, de leur réapprendre à respecter leur propre corps et cela change la société à terme. Car les femmes sont vecteurs de valeur et les islamistes le savent bien quand ils essaient de détruire la place de la femme dans les familles en les violant. Ils savent bien que c’est comme ça qu’ils vont détruire des communautés entières donc nous on essaie de contrebalancer ce travail de destruction qui est mené.

L’egypte est un des pires pays pour la condition des femmes même si ça n’en a pas l’air (et ce n’est même pas l’Afghanistan). Harcèlement sexuel au quotidien, excisions, viols dans les familles , pas d’accès à l’éducation pour les petites filles encore moins pour les chrétiennes : il y a énormément de travail notamment dans les villages de la haute Egypte. Donc il y a des équipes de femmes qui se déplacent de village en village. Elles font aussi de la cure d’âme car elles sont dans des conditions dramatiques. C’est un travail d’accompagnement qui ne se fait pas en une fois.

Les femmes qui s’en occupent, font un travail dangereux car les femmes ne doivent pas se déplacer sans hommes, de village en village. 

283651_10151139435538933_1853922611_n

Comment peut on aider, nous en France ?

  • S’informer et prier : une lettre de nouvelles spéciales femmes est envoyé tous les 2 mois par email, il suffit de s’inscrire sur le site* sinon il y a le fil rouge de Portes Ouvertes qui est hebdomadaire mais qui n’est pas centré sur les femmes. Et bien sur s’abonner au magazine mensuel de Portes ouvertes qui a un calendrier de prière avec un sujet de prière pour chaque jour.
  • Recevoir une réunion chez soi en invitant une ambassadrice de sa région et inviter ses amies. L’ambassadrice peut utiliser des supports pour sensibiliser des amies non chrétiennes à la cause des femmes dans le monde, cela peut toucher beaucoup de femmes et être un témoignage pour elles et leur donner envie d’en savoir plus sur Jésus.  L’ambassadrice peut aussi utiliser des supports pour des chrétiennes avec de l’édification, un contenu pour aller plus en profondeur, pour aller plus loin. Edit 2018 : il n’y a plus d’ambassadrices
  • Recevoir l’ambassadrice dans son groupe de femmes de l’église.Edit 2018 : il n’y a plus d’ambassadrices
  • Voyager avec Portes ouvertes en général, mais il y a aussi des voyages pour rencontrer des femmes en particulier. Il faut faire la demande à Portes ouvertes.
  • Soutenir les projets financièrement.
  • Organiser des projets de solidarité : vente de gâteau avec son groupe de femmes par exemple, challenge sportif sponsorisé pour récolter de l’argent.
  • Écrire des cartes aux chrétiens persécutés : il y a une liste de noms auxquels on peut écrire sur le site. 

écrire coeur de femmes ellecroit.com

Vous vous êtes toujours sentie concernée par les chrétiens persécutés ?

Je suis chrétienne depuis des années, j’ai grandi dans une famille chrétienne et ma mère recevait la magazine de Portes Ouvertes quand j’étais petite. Mais pour être honnête je n’avais pas particulièrement de connaissance ou d’appel par rapport à ça. 

Mais en 2008, en revenant dans ma région, la responsable de Coeur de femmes de l’époque, qui était dans la même église que moi, m’a proposé de travailler avec elle sur ce projet. Elle commençait à lancer ce ministère en France et m’a demandé si je ne voulais pas l’aider, parce que je connaissais bien les femmes de ma région, alors qu’elle, était américaine : elle voulait quelqu’un qui soit plus ancré dans la culture française. Donc j’ai commencé en bénévolat, à ce moment là j’étais prof de math ! J’ai trouvé l’idée intéressante et je suis venue travailler avec elle, pour l’assister sans aucune autre idée, n’imaginant pas où Dieu allait conduire tout cela.

Et puis finalement elle a été embauchée pour le poste de coordinatrice internationale et il fallait quelqu’un pour la remplacer pour la France et voilà comment elle m’a demandé de prendre ce poste. Cela a été une réflexion, un temps de questionnement devant Dieu afin de savoir si c’était ma place,  parce que cela supposait quand même de changer pas mal de choses dans ma vie professionnelle.  Pour la petite histoire il a fallu que je me torde la cheville pour que ça finisse par se décider !

Au fur et à mesure que je travaillais avec elle, en lisant  les livres sur le sujet, en assistant aux week end annuels, j’ai découvert vraiment ce message de l’église persécuté qui m’a touché très profondément. Je me suis dis que c’était vraiment important pour nous, chrétiens en France, de lever les yeux, de voir plus loin, de voir comment ça se passe dans le monde. J’étais vraiment marquée par l’engagement de ces chrétiens, par leur attitudes face à la souffrance. Je me suis dis qu’en fait c’était un appel qui était là pour tout chrétien, de prendre conscience de notre famille partout dans le monde, de ne pas être centré que sur les problématiques que l’on a chez nous et cela change les perspectives. J’ai trouvé cela très important pour moi et je me suis dis que j’aimerais bien le partager à d’autres.

coeur de femmes joie ellecroit.com

Qu’est ce que vous aimez particulièrement dans cette mission ? ce qui vous passionne le plus ?

Pour moi c’est une révélation sur qui est Dieu, j’ai énormément appris et compris sur comment Dieu agit dans le monde , son plan qui avance et son règne qui arrive même au milieu de situations les plus terribles, on a parfois l’impression que tout espoir est perdu et c’est souvent là que Dieu se révèle avec une puissance extraordinaire. C’est comme un pasteur irakien qui racontait les drames qu’il vivait en Syrie et en même temps les conversions, la soif de Dieu présente dans le coeur des gens. Et pour moi cela répond à des questions comme pourquoi la souffrance dans le monde : on voit que là où la persécution est plus forte, c’est aussi là, que l’évangile avance en fait. C’est peut être difficile d’accepter cette réalité parce que l’on n’aimerait bien ne pas passer par ces souffrances là, on aimerait bien ne pas vivre des choses aussi difficiles mais ça permet de comprendre que c’est peut être cela le chemin nécessaire aux hommes pour rencontrer leur créateur.

Car là où la persécution est présente c’est là ou l’évangile avance le plus.

10549699_813247762019219_2674149552926496838_o

Il y a t’il une histoire, un témoignage ou un voyage qui vous a particulièrement touché ?

Il y a une histoire que j’aime bien car elle montre que les chrétiens persécutés sont des gens comme nous : C’est l’histoire de Maïne en Iran qui, très vraie devant Dieu, lui dit « tu sais si moi je me fais arrêtée, j’aurai pas la force, je ne suis pas trop courageuse, la torture, la souffrance, je ne pourrai pas, je vais te renier. Donc si tu ne veux pas que je te renie il faut que tu t’arranges pour que je ne sois pas arrêtée » Et puis un jour son mari et elle sont arrêtés, sac sur la tete etc. Maïne, son coeur remplie d’angoisse, dit au Seigneur « Seigneur c’est pas possible, je te l’avais dit je ne pourrais pas, j’ai trop peur.” En prison, elle continue de dire au Seigneur qu’elle ne pourra pas. L’officier l’interroge « est ce que vous êtes disciples de Jésus ? » et là sa bouche s’ouvre et elle témoigne ! Elle dit qu’elle est chrétienne, répond aux questions sans renier Jésus. Une fois rentrée dans sa cellule elle se dit « Mais qu’est-ce que j’ai fais, qu’est ce qui m’a pris de dire ça, je vais me faire battre… » Ensuite elle se fait réinterrogée et même scénario. Elle se dit donc que ça va mal finir pour elle. Pendant la nuit elle entend des voix qui s’approchent de la cellule et elle se dit que c’est la fin, qu’elle va se faire violer, assassiner. Mais c’est l’officier qui l’a interrogé qui arrive et qui lui dit « écoutez, j’aimerais que vous m’en disiez plus sur ce Jésus dont vous m’avez parlé. » L’officier et sa femme se sont convertis suite à son témoignage ! Ils sont finalement sortis de prison, son mari et elle. Une histoire qui finit bien mais elles ne finissent pas toutes comme ça.

Cela nous montre à quel point au moment où on en a besoin Dieu nous donne la force nécessaire et que l’on a pas à se soucier d’être des créatures faibles car on en est toutes là mais que c’est dans notre faiblesse que la puissance s’accomplit. Il faut juste rester proche de Dieu.

se soutenir coeur de femmes ellecroit.com

Que voulez vous dire aux femmes chrétiennes d’aujourd’hui ?

N’hésitons pas à chercher Dieu, à chercher ce qu’il a à dire à chacune de nous, avec authenticité, en étant qui nous sommes, comme Maïne, avec nos faiblesses et nos inquiétudes. Rappelons que c’est comme la petite esclave en Syrie du général Naaman dans le livre des Rois : on peut être une créature faible, fragile, comme une femme dans une société musulmane, une moins que rien de la société, celle que personne ne considère, celle que personne ne va regarder et Dieu utilise cette faiblesse là pour faire de grandes choses. Comme cette petite fille pour que le général Naaman comprenne qui est Dieu et le reconnaisse comme le vrai Dieu, pour faire des choses extraordinaires, pour faire rayonner son nom, il suffit juste parfois de dire une petite chose.

Aucune de nous ne devrait se sentir trop peu, trop limitée ou trop faible pour penser que Dieu peut changer le monde, ou une personne, une situation à travers notre témoignage ou simplement d’oser dire une parole quand il faut la dire, avoir cette confiance en Dieu comme la petite esclave. J’ai plein de situations où des femmes qui n’ont pas beaucoup de force, ont pu être utilisées par Dieu pour faire de grandes choses.

Merci à Anne Florence Roche pour cet échange si édifiant, que ce ministère puisse continuer à être une source de bénédiction pour toutes les femmes du monde.

 

Plus d’information sur le ministère : Coeur de femmes (Vous y trouverez aussi les formulaires d’inscription pour toutes les actions citées ci-dessus )

Mon avis sur un livre sur le sujet :  …Mais leur joie demeure de Anneke Companjen