Tant de mal sur la terre, Dieu est-il juste ?

justice de Dieu mal sur la terre ellecroit.comIl y a des choses vraiment dures qui se passent dans le monde, et devant tant de mal Dieu est-il juste ? Dans ces moments là, certains remettent même en cause son existence…  

Lorsque que quelqu’un meurt une des premières choses  à laquelle je pense est  sa condition à sa mort : s’il  était chrétien ou pas.

  • Si oui c’est super, il doit être sans doute dans le repos éternel et whaw il ne doit pas avoir un plaisir dans ce monde qui égalise avec cela !
  • S’il n’était pas chrétien, là j’imagine la désillusion de cette personne de l’autre « côté », et cette question « à quoi cela m’a t’il servi ? tous mes actes, ce que j’ai construit etc. »

Un été j’étais, dans l’avion, à côté d’une dame qui regardait un film sur l’esclavage. Un film assez dur, les images où l’on fouettait les esclaves étaient assez « poignantes » … et j’ai vu ces images sur l’écran de ma voisine. D’ailleurs  elle avait les larmes aux yeux ( on ne réalise parfois pas certains passages de l’histoire jusqu’à ce qu’on les voit sur nos écrans)

Et là j’ai pensé à ces personnes qui avaient construit un empire, une fortune sur le travail de ces esclaves, qui les avaient maltraités, les avaient épuisés jusqu’à la mort. Ces personnes se sont enrichies en faisant beaucoup de mal et elles avaient eu une situation confortable, de beaux domaines, des serviteurs, des esclaves, la richesse etc. Elles ont joui  de leur vie dans tous les sens du terme. Les rois du monde.

perdre son âme gagner le monde justice de Dieu ellecroit.com

Et puis la mort arrivant et ce terrible désespoir, ce néant, ce vide, la douleur. Et la raison qui revient, une pensée claire s’imposant à l’esprit : Ces 70 années sur la terre à jouir de la vie en faisant le mal apparaissent si misérables devant l’immensité de l’éternité qui s’ouvre devant eux. On est pile dans « à quoi sert il à un homme de gagner le monde s’il perd son âme ? » Marc 8v36

Je sais qu’une personne mourant sans Dieu en ayant ou pas été esclavagiste  ne sera pas sauvée, pas besoin d’avoir commis des atrocités pour être condamné. Mais ce qui me venait à l’esprit c’est le désarroi devant l’ampleur de la souffrance que l’on a pu causer. Leurs victimes parlent contre elles. Leurs sangs « crient » contre elles.

Cela est valable pour les trafics d’êtres humains, l’esclavage sexuel et consorts. L’esclavagisme est un exemple.

 2 choses : Premièrement l’impact de notre vie

Se rendre compte un jour que tout ce que l’on a construit  servira contre nous au jour du jugement,  et voir que ce qui a fait notre richesse fera l’objet de notre jugement. J’imagine le soupir, le désarroi.

« Si j’avais su j’aurais pris moins de plaisir à fouetter cet esclave, à m’enrichir avec eux  » « Pourquoi ces 70 minuscules  années sur la terre me donnent autant de peine en enfer, je n’ai pas cherché Dieu ou je l’ai volontairement mis de côté, qu’importe les raisons j’avais d’autres objectifs et priorités dans la vie…. »

N’oublions pas qu’au jour de notre mort, nos années sur la terre nous paraîtront toutes petites devant l’éternité mais que ce jour là ce sera trop tard pour prendre des décisions. Des choix paraissent plus faciles aujourd’hui, des compromis peuvent être tentants, la conformité au monde peut sembler attirante même reposante. Toutefois n’oublions pas que ces années paraîtront minuscules devant l’éternité.

Vous le savez, je le sais, mais il est bon de se le rappeler de temps en temps.

Deuxièmement : une idée du bien et du mal

Pour quelqu’un qui a fait le bien dans sa vie mais qui n’a pas accepté Jésus on dit souvent dommage « il lui manquait que cela » (en fait il lui manquait tout…). Et certains sont tentés de se demander si ces personnes ne sont pas sauvées quand même. On peut trouver l’étang de feu assez douloureux pour cette « bonne » personne.

Mais lorsqu’un trafiquant d’esclave sexuel, un tyran, un responsable de génocide s’en sort, jouit de sa vie, eh  bien on est soulagé de savoir qu’il rendra des comptes au jugement éternel : il y a une justice quand même ! En réalité le problème c’est le péché, mais nous en comprenons toute l’atrocité bien plus facilement quand il s’agit de trafiquants d’êtres humains !

Dieu et le mal

Finalement je ne me dis pas : puisqu’il y a autant de mal sur la terre, Dieu ne peut pas exister. Mais plutôt: vu le mal qu’il y a sur la terre non seulement je crois en Dieu mais en un Dieu juste qui punit les coupables, moi la première. Jésus est mort pour mes péchés, il a pris ma culpabilité et celle de tous ceux qui croient en son nom. Les autres coupables, et parmi eux ceux qui ont fait des choses atroces sans se repentir et qui en plus en ont joui toute leur vie (génocides, esclavages, trafics d’enfants etc.) iront au jugement dernier.

Pourquoi tant de mal, si Dieu existe pourquoi autant de mal ? Il n’a jamais été insensible au mal, au péché. Il est le premier contre qui il est commis !

En fait la justice de Dieu est juste et c’est plutôt si Dieu n’existait pas que ce monde serait terriblement injuste.

Et vous ? Réalisez-vous à quel point Dieu est juste ?

*