Myriam, illustratrice et animatrice volume

Myriam illustratrice ellecroit.com

Rencontre avec Myriam, illustratrice et animatrice volume de talent qui nous fait découvrir son métier créatif pas comme les autres.  

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Myriam, J’ai grandis dans une famille chrétienne, mon père est pasteur donc je suis “tombée” dedans tout de suite. J’ai fais l’école du dimanche et  j’ai donné ma vie au Seigneur à 13 ans puis je me suis faite baptiser à 16 ans. Cela a toujours été pour moi une évidence mais j’ai pu faire ma petite expérience seule. J’allais à l’internat pendant cette période, ce qui fait que c’est vraiment une décision que j’ai prise seule, une décision personnelle. Je ne voulais pas le faire pour suivre les parents, j’avais vraiment besoin de cela, de m’en éloigner pour confirmer ça.

Mon métier : je fabrique des maquettes, des personnages en pâte à modeler, en polystyrène, enfin en pleins de matériaux et je les prends en photos, c’est ma manière d’illustrer. J’ai aussi fait des études de cinéma d’animation ce qui m’a permis d’apprendre à fabriquer des personnages pour l’animation. J’ai animé un petit peu mais mon domaine c’est plus la fabrication.

Pourquoi as tu choisi ce métier ?

J’ai gagné en 2006 le prix du meilleur film au Festival du Court-Métrage Chrétien d’Alsace avec un film en pâte à modeler, ça été le déclic. Dans mon parcours j’ai découvert l’animation stop motion, le cinéma d’animation, l’illustration en volume. Je raconte des histoires par les images. De toute façon les images m’ont toujours plus parlé que les mots. C’est un métier rare en France donc pas facile de s’y lancer mais ce fut aussi un pas de foi !

myriam Schott making oh

Qu’est ce que tu préfères dans cette profession ?

La création des personnages, travailler leurs expressions.

Comment t’es venue la série d’image “mon Créateur et moi ” ? (C’est une série d’image qui parle d’une relation d’une fille avec son Créateur)

Je participais à un workshop avec Majestart et je devais composer avec ce que j’avais. J’ai donc créé un personnage et utilisé une main: naissait la première illustration de cette série, qui n’en était pas encore une,  avec la fille qui tient une Main. Les gens ont beaucoup été touché par cette illustration ! Ensuite quelque temps après, par rapport à mon métier j’ai dû faire un pas de foi et il y a eu la création de cette deuxième image où la fille se laisse tomber dans la Main. Ça illustrait bien ce que je vivais ! Ça a encore une fois touché énormément de personnes. Ces images ont été vendu en carte et en poster, il y a eu beaucoup de commandes. J’ai vraiment reçu beaucoup d’encouragement. Alors en partant des ces deux premières images nous nous sommes dit avec Elise Duberger : pourquoi pas en faire une série ? et puis pourquoi pas 12 ? Une pour chaque mois de l’année.

C’était vraiment intéressant de travailler sur les différentes étapes de la vie, c’était un peu difficile de tout synthétiser donc on a été obligé de choisir car on peut dire énormément de choses sur toute une vie !

myriam scott Mon créateur et moi ellecroit.com

Qui se cache derrière la main ?

Mon cousin !

Peux-tu nous parler de l’exposition itinérante “La Bible en miniature ” 

J’ai illustré deux livres, un sur la naissance de Jésus et l’autre sur Néhémie. Pour la sortie des livres on a exposé les maquettes des illustrations. Mais on a vu que les gens étaient plus curieux des maquettes que des livres eux-même ! L’idée est venue de là : pourquoi ne pas faire une maquette carrément de plusieurs passages de la Bible avec l’histoire audio en fond. Les gens pourraient tourner autour et voir vraiment les scènes prendre vie ! Par exemple Goliath a été réalisé aux proportions indiquées dans la Bible ainsi que David et c’est tellement plus parlant pour les gens de voir réellement la scène sous leur yeux !

C’est avec la compagnie des actes que l’on a mis en place le projet, la fabrication des maquettes à durer 3 mois ! Nous avons exposé dans les premières villes. Puis environ 1 an après une église à Mulhouse a racheté le projet et continue de proposer l’exposition. Cela fait maintenant 4 ans que l’exposition existe et elle a fait déjà 25 villes. Cette année vous pouvez la retrouver par exemple en mai en Bretagne et en novembre à Orléans.

myriam Schott biblenminiature

Comment as tu vécu cette expérience, ce mini tour de France ?

Pour un artiste c’est énorme de pouvoir observer les gens découvrir ses créations, les voir qui regardent les détails, les voir plonger dans l’histoire. Cela touche tous les âges et ça c’est super pour un artiste de voir que ça plait à toutes les générations. Et puis bouger et découvrir d’autres villes et églises c’est vraiment enrichissant.

Je présente, à ces expo, un projet que j’ai fait il y a 4 ans. Mais entre temps j’ai appris de nouvelles techniques, de nouveaux matériaux, j’ai affiné dans les détails, dans l’expression des personnages, ça donne juste envie de le refaire en fait. Et c’est pas facile pour un artiste ! C’est toujours difficile de présenter quelque chose qui date, qui a pris de la poussière, les gens pensent que cela a été fait la semaine d’avant. Mais Dieu m’a fait comprendre que cela va bien au delà de ça, ce n’est pas un projet pour moi mais pour les gens et que j’apprécie toujours a présenté, Dieu m’a aidé à passer le cap je crois !

As tu une anecdote à nous raconter en relation avec ton métier ? 

Humm, je ne sais pas si c’est une anecdote mais une année, j’ai eu beaucoup de choses, beaucoup de projets, je devais même en refuser, je bougeais tout le temps ! Mais l’année d’après pas grand chose et c’est particulier, j’ai vécu un petit désert mais j’ai vu ce que Dieu a fait car là du coup j’ai eu le temps de vraiment me rapprocher d’une église, d’avoir plus de relations avec les frères et soeurs et ça c’est important, Dieu sait toute chose ! Maintenant c’est repartis, j’ai pas mal de nouveaux projets.

myriam scott Mon créateur et moi 2 ellecroit.com

Comment concilies tu ta foi et ton métier ?

Il y a différents projets ceux en rapport avec ma foi et les autres. Quand je suis dans mon domaine, mes projets ont un sens, un but par rapport à la foi, parler de Dieu et ça c’est cool. On sait que cela a un sens, qu’il y a un message derrière ce que l’on fait ! 

Quand je travaille sur d’autres projets, en studio par exemple, c’est bien de pouvoir se frotter aux autres, d’apprendre de nouvelles choses, se perfectionner, travailler en équipe et s’entourer. Il y a par contre moins de sens par rapport au message véhiculé. J’espère pouvoir garder un peu des deux, l’un et l’autre sont importants. 

En quoi ta foi est un atout dans ton métier ?

Financièrement oui ! D’ailleurs je ne sais pas comment font les non chrétiens qui exerce ce métier ! Les financent dépendent des projets alors savoir que Dieu est là, qu’il prend soin de moi, que je peux compter sur Lui, que je peux lui faire confiance c’est énorme. Et puis la façon dont Dieu conduit les choses, les occasions, savoir que Dieu te donne un coup de main, que l’on n’est pas seule, qu’on peut s’appuyer sur Lui. On sait que Dieu conduit notre vie, qu’il y a un but à tout ça, même quand on est sur un projet qui n’est pas chrétien, on sait que Dieu est là pour nous diriger, on sait qu’on ne fait pas les choses pour rien.

Un nouveau projet que tu peux nous partager ?

Je travaille sur la saison 2  de “Mon Créateur et moi” et sur un nouveau calendrier sur les fruits de l’Esprit et d’autres choses mais je n’en dis pas plus !

Que peux tu conseiller aux lectrices qui voudraient faire ce métier ?

Pour moi faire partie du collectif Majestart ça m’a beaucoup aidé, rencontrer d’autres artistes chrétiens, ne pas rester isolé. Il faut s’entourer.

Ce genre de métier est vraiment un besoin dans le monde chrétien, il en faut plus ! Mais j’encourage à aller toujours aller plus loin dans la qualité, faire les choses bien. Des gens ont besoins de qualité pour être touché même si Dieu se sert de tout bien sûr mais j’ai déjà eu des témoignages de gens qui ont eu besoin de la qualité pour être attiré.

Bien sûr il faut passer du temps avec Dieu, prendre du temps pour ça.

Merci à Myriam pour avoir pris le temps de discuter de tout cela avec moi, on lui souhaite tout plein de beaux et nouveaux projets !