Rencontre avec Colette, médecin généraliste

médecine ellecroit.com

Rencontre avec la dynamique et pétillante Colette, médecin généraliste mais aussi co-auteure d’un livre. 

Comment as tu rencontré le Seigneur ?

J’étais à la fac lorsque j’ai retrouvée une amie de terminale connue au Congo Brazzaville. Nous ne nous étions pas revues depuis 2 ans et lorsqu’elle est arrivée en France, nous avons renoué contact et elle m’a invitée à un week-end de jeunes étudiants de l’Eglise Evangélique du Congo. Et là le Seigneur m’a “récupérée” car j’ai été enseignée enfant, mais je n’avais pas compris l’essentiel du christianisme. Je les ai suivis dans une église où ils connaissaient le pasteur parce qu’il avait été missionnaire de nombreuses années à Brazzaville.

Pourquoi as-tu choisi la médecine ?

Je n’ai pas choisi de faire médecine, c’est mon père qui a choisi pour moi. Il voulait que je puisse soigner les membres de notre famille une fois rentrée en Afrique. Le problème, c’est que ni notre père (qui nous a élevées), ni mes sœurs, ni moi ne sommes retournées au Congo… Il m’a fallu attendre la 4e année pour me réconcilier avec ce “choix”. Je suis plutôt littéraire et j’aime particulièrement les langues et j’ai été contrariée dans mes choix. Maintenant je ne regrette rien du fait de la place privilégiée que j’occupe pour pouvoir témoigner de ma foi lorsque l’occasion m’est donnée.

Qu’est ce que tu préfères dans ce métier ?

Ce que je préfère ce sont les relations humaines !

Qu’est ce qui t’a fait passer de médecin urgentiste à la médecine générale ?

L’envie de traiter la personne dans sa globalité: corps, âme et esprit et ne plus être le médecin d’un organe ou d’un problème à traiter en urgence et dans l’urgence. J’apprécie de pouvoir prendre le temps avec mes patients et de considérer les divers aspects de leur vie pour les soigner.

Comment concilies-tu ta foi et ton métier ?

J’essaie d’intégrer ma foi avec ma pratique professionnelle et chaque fois que l’occasion m’est offerte, je témoigne de ma foi avec “tact, permission et respect” auprès des patients ou des collègues de travail.

Peux-tu nous parler de l’UEMP ? Qu’est ce que c’est ?

L’Union Evangélique Médicale et Paramédicale rassemble tous les soignants chrétiens et tout chrétien intéressé par le témoignage dans le monde de la santé. Le fondateur, Francis Grim, alors qu’il était hospitalisé, a remarqué qu’il passait plus de personnes chaque jour dans les hôpitaux que dans les églises, d’où son idée de fonder cette œuvre. A travers l’UEMP, nous voulons être “sel et lumière” comme Jésus nous le demande, sur notre lieu de travail.

femme chrétien et africaine ellecroit.comTu as aussi participé à l’écriture d’un livre, peux tu nous en parler ?

 J’ai travaillé 8 ans comme Secrétaire Itinérante Régionale des GBU, d’abord en Ile-de-France, puis en Bretagne et Basse Normandie. J’ai participé au livre “Femme chrétienne et africaine” publié aux éditions Farel à la demande d’une de mes anciennes étudiantes du GBU qui y travaille et c’est avec bonheur que j’ai pu découvrir qu’une autre de mes anciennes étudiantes du GBU en est également co-auteure. C’est un recueil de témoignages de femmes à la double culture, africaine et occidentale francophone afin d’encourager les autres femmes chrétiennes qui vivent les mêmes réalités et donner un aperçu de notre réalité à ceux qui souhaitent connaître notre vécu.

 

As-tu quelque chose à rajouter ?

Que toute la gloire revienne à Jésus pour tout ce qu’Il me permet de vivre et pour toutes les personnes qu’il me permet de rencontrer dont toi.

Merci à Colette d’avoir pris le temps de répondre à mes questions malgré son emploi du temps de ministre !